Please reload

Recent Posts

Le meilleur des coachs - The best coach

July 8, 2019

1/1
Please reload

Featured Posts

Le stress nous tue - Stress is killing us

October 12, 2016

A l’époque de nos ancêtres préhistoriques, lorsque survenait une bête sauvage nous avions besoin d’être instantanément prêts à réagir et agir afin de faire face au danger.

 

Comme nous étions loin d’être les plus forts ou les plus rapides, notre organisme a appris au fil du temps à développer des mécanismes biologiques instinctifs pour augmenter nos chances de survie.

 

Donc en cas de danger, pour se défendre ou pour chasser, toute une mécanique se mettait en marche : pupilles agrandies pour mieux voir dans le noir, augmentation du rythme cardiaque pour amener plus de sang aux organes vitaux, mobilisation de substances énergétiques envoyées dans les muscles pour mieux se battre ou s’enfuir, sécrétion de sueur pour rafraichir le corps et cicatriser les plaies éventuelles, narines qui se dilatent pour mieux respirer, endorphines sécrétées pour supporter la douleur et augmenter l’endurance, et encore biens d’autres mécanismes.

 

Aujourd’hui, quelques dizaines de milliers d’années plus tard, lorsque nous sommes bloqués dans un embouteillage et en panique car nous allons être en retard à un rendez vous important, ce sont exactement les mêmes mécanismes qui s’enclenchent. Et pourtant, aucune trace de mammouth aux alentours ! La chimie de notre organisme ne fait pas la différence entre un stress au travail et l’attaque d’une bête sauvage.

 

Jusque là pas trop de problème. Ces mécanismes nous permettent d’être en alerte et de réagir rapidement et efficacement. Là où il commence à y avoir un souci c’est que cette chimie a été élaborée dans le but de se déclencher occasionnellement. On n’a pas besoin de chasser le mammouth trois fois par jour ! Malheureusement, aujourd’hui, dans le quotidien professionnel, le stress est souvent permanent. Depuis notre arrivée le matin jusqu’au départ du soir, la sensation de « danger » est partout.

 

Mais si notre stress est nécessaire, il n’est pas fait pour durer, sinon les dommages sur notre corps peuvent être importants. Les substances chimiques sécrétées par notre cerveau en cas de stress, comme le cortisol, vont « mettre en veille » certaines fonctions de notre organisme afin d’intervenir en urgence. Un peu comme des pompiers qui sont prioritaires et bloquent toute la circulation pour passer. C’est ainsi que notre digestion s’arrête ou que notre système immunitaire « se met au chômage ». Pas étonnant que nous attrapions toute sortes de microbes quand nous sommes dans une période de stress prolongé ! Et c’est sans parler du cholestérol, du diabète ou de l’obésité qui sont autant de conséquences d’un stress qui ne s’efface pas.

 

Comme le dit Simon Sinek : « Nos jobs sont en train de nous tuer ! ».

 

Il est donc urgent de trouver la parade et d’apprendre à gérer son stress avant qu’il ne nous gère. Le stress ne peut pas être éliminé mais par contre nous pouvons apprendre à composer avec.

 

1- nous devons créer nos propres indicateurs, savoir lire les signes avant coureurs.

2- nous devons découvrir les méthodes qui sont efficaces pour nous : respiration, méditation, sport, socialisation, yoga, visualisation, divertissements, …

3- nous avons à créer, du mieux que nous pouvons, les conditions qui nous permettent de trouver de l’apaisement au quotidien. Attendre avec impatience le week-end, les vacances ou la retraite n’est pas une solution !

 

Vaste programme, mais il y a urgence : notre santé est en jeu !

 

----------------------------------------------------------------

 

At the time of our prehistorical ancestors, when a wild animal was coming, we needed to be instantly ready to react in order to face the danger.

 

Because we were neither the strongest nor the fastest, our body learned with the time to develop instinctive biological mechanisms to increase our chances of survival.

 

In case of danger, for defense or to hunt, it is a whole set of mechanisms which is triggered: the pupils become wider in order to see better in the dark, heart beat rhythm increases to bring more blood to the vital organs, energetic substances are sent to the muscles in order to better fight or fly away, sweat is produced to refresh the body and to heal the potential wounds, nostrils dilate to better breath, endorphins are produced to support the pain and increase endurance, and many others.

 

Today, many thousands of years later, when we are blocked in a traffic jam, in panic because we are late to an important appointment, the exact same mechanisms come into play. And yet, there is no trace of mammoth around! The chemistry of our body does not make any difference between the stress at work or the attack from a wild animal.

 

Until now, no problem! These mechanisms enable us to be on the alert and ready to react quickly and effectively. The real problem is that this chemistry has been designed for occasional events. There is no need to go hunting mammoth three times per day! Unfortunately, nowadays, in our daily work, stress is often permanent. From our morning arrival at work until our evening leave, the feeling of « danger » is everywhere.

 

But if our stress is necessary it is not meant to last, otherwise the damages on our body can start to be important. The chemical substances produced by our brain in case of stress, such as cortisol, are going to shut down some of the functions of our body in order to be able to operate in an emergency mode. It is a bit like firemen who have right of way and block the traffic so that they can pass. For example our digestion stops or our immune system becomes « unemployed ». It is not surprising that we catch all sorts of viruses when we are under a long period of stress! And this without speaking about cholesterol, diabetes or obesity that are other consequences of a stress that does not stop.

 

As Simon Sinek states: « Our jobs are killing us! ».

 

It is therefore urgent to find the answer and to learn how to master stress before it masters us. Stress cannot be eliminated but we can learn how to cope with it.

 

1- we have to create our own warning signals and to learn to read them,

2- we have to find the methods that are efficient for us: breathing exercises, meditation, sport, socializing, yoga, visualization, entertainments, …

3- we have to create, as best as we can, the conditions that will enable us to find peace on a daily base. Expecting the weekend or holidays or retirement is not a solution!

 

It is a huge program but there is urgency: our health is at stake!

 

Please reload

Follow Us
Please reload

Search By Tags