Please reload

Recent Posts

Le meilleur des coachs - The best coach

July 8, 2019

1/1
Please reload

Featured Posts

Paradoxe du contrôle - Paradox of control

April 1, 2016

L’un des paradoxes du dirigeant est que « plus il lâche du contrôle et plus il gagne du contrôle ».  Quelle drôle de phrase, et qui n’a pas l’air logique du tout !

 

Et pourtant notre volonté de perfection nous pousse à essayer de contrôler le maximum de choses autour de nous. Mais où cela doit-il s’arrêter ? Car bien entendu la tâche est impossible. C’est évidemment au delà de nos capacités.

 

Et plus on monte en responsabilités et plus le champ de ce qui est « à contrôler » est vaste.

 

Et c’est là que les peurs entrent en jeu : « Je n’y arrive pas ! … Mais s’il y a des choses qui m’échappent, alors que j’en suis responsable, cela veut il dire que je ne suis pas compétent ? ». La réaction naturelle est donc d’intensifier son niveau de contrôle, de faire du micro-management, de tout faire par soi même, de vouloir tout vérifier, d’être en copie de tout, etc …

 

Plus j’ai l’impression que la situation m’échappe et plus je me rigidifie et plus je vais essayer de tout contrôler car j’ai peur de me sentir incompétent.

Et cette situation a des conséquences néfastes pour tout le monde : aussi bien les collègues qui ont peur et se démotivent (« il ne me fait pas confiance », « ça sert à rien que je fasse bien, de toutes façon il vérifie tout et n’est jamais content », …) que soi même dans une éternelle frustration (« je ne suis pas un bon manager », « je dois tout faire par moi-même et personne n’est reconnaissant », …).

 

La solution : avoir confiance, lâcher le contrôle et se focaliser sur la seule chose au monde sur laquelle nous avons du contrôle : soi-même !

 

Si je suis en contrôle de moi, que je me connais bien, que je sais reconnaître mes émotions et les gérer, ainsi que gérer ma relation aux autres, alors je suis en capacité de m’adapter avec agilité afin d’affronter (ou d’épouser) ce qui arrive, … et donc, paradoxalement, retrouver du contrôle sur la situation.

 

Si j’était mathématicien je donnerai l’équation suivante :

 

Moins de contrôle du monde extérieur + davantage de contrôle de soi = un meilleur contrôle de tout ce qui arrive.

CQFD !

 

Et c’est sans compter sur l’amélioration des relations et du climat que je crée autour de moi…

 

One of the paradoxes of the leader is that « the more I let go the control the more I am in control ».  What a funny sentence, which does not seem to make any sense!

 

But our willingness to reach perfection forces us into a maximum of control on everything around us. But where does it stop? Obviously the task is impossible. It is obviously beyond our capacities.

 

And the more we climb into the hierarchy and more the span of what is “to be controlled” is wide.

 

And this is where the fear comes into play: « I will never succeed! If there are things that I cannot control while I am in charge does it mean that I am not competent? ». The natural reaction is then to intensify the level of control, to micro-manage, to do everything ourselves, to check everything, to be in copy of everything, etc …

 

The more I have the impression that things escape me the more I will become rigid and try to control everything because of my fear to feel incompetent.

And this situation implies negative consequences for everyone: being the colleagues who have fears and are demotivated (« he does not trust us », « It is useless to do my best, he is going to check anyway and is never satisfied », …) or being ourselves in a perpetual frustration (« I am not a good manager », « I need to do everything by myself and I do not get any recognition for it », …).

 

The solution: to be confident, to let go the control and to focus on the only thing on earth on which we can have some control: ourselves!

 

If I am in control of myself, if I have a good knowledge of myself, if I recognize and master my emotions, and if I can manage my relations with others, then I an able to adapt with agility in order to confront (or to espouse) what is going to happen, … and then, paradoxically, gain control on situation.

 

If I was a mathematician I would formulate the following equation:

 

Less control on the external world + more control on my inner world = a better control of everything occurring to me.

Problem solved!

 

And this without taking into consideration the improvement of my relations with others and on the climate that I create around me…

 

Please reload

Follow Us
Please reload

Search By Tags